LUNDI DES AFFAIRES: Tente Mahaiwe – The Berkshire Edge

LUNDI DES AFFAIRES: Tente Mahaiwe - The Berkshire Edge

GRAND BARRINGTON – Lorsque Tom et Lauren Cavanaugh se sont rencontrés en 1985, les mariages sous tente élaborés n’étaient guère une chose. Le couple s’est connecté pour la première fois à l’ancien restaurant 20 Railroad (elle travaillait à plein temps comme barman, il s’arrêtait pour une bière après le travail) et à peine deux ans plus tard, ils se sont enfuis aux Bahamas – sans tente en toile à voile, or -des assiettes à rebord ou une piste de danse à ressorts. Entre ces deux dates marquantes, le jeune couple aidait un ami à livrer de la glace sur un site de mariage rural dans les bois d’Alford et a remarqué que la tente pâlissait par rapport au paysage bucolique des Berkshires et au manoir en arrière-plan – et cela a jeté les bases de Mahaiwe Tent, une entreprise locale qui est non seulement florissante, mais qui entre également dans sa 36e saison, organisant des mariages en plein air élaborés dans la région des trois États.

On peut dire sans risque de se tromper qu’ils ont orchestré suffisamment de mariages au cours des trois dernières décennies pour plus que compenser le refus de leur propre grande fête. Et les fondateurs Tom “The Tent Guy” et son épouse ont désormais passé le relais à Lindsay, la plus jeune de deux filles, qui est fermement à la tête de l’entreprise familiale et prête à inaugurer les couples – des Berkshires et au-delà – vers le mariage sous tente de leurs rêves. “Ils ont vu un créneau inexploité et en demande”, explique Lindsay Cavanaugh à propos de la prise de conscience de ses parents depuis longtemps que personne d’autre n’offrait de location de tentes et d’événements haut de gamme dans les Berkshires. L’entreprise a commencé dans la maison d’enfance de Cavanaugh, où une grange sur place permettait de stocker (pour leurs deux petites tentes et une poignée de vaisselle) et une seule remorque assurait le transport. Ils ont finalement acheté un bâtiment sur Humphrey Street, qui est devenu leur entrepôt, “et nous y sommes depuis”, dit Cavanaugh, citant un inventaire qui s’est développé pour répondre à la demande de mariages et d’événements sous tente à service complet qui à leur tour ont augmenté de plus de 50 % au cours des 12 derniers mois.

Les fondateurs de Mahaiwe Tent, Tom et Lauren Cavanaugh, à leurs débuts. Photo publiée avec l’aimable autorisation de la tente Mahaiwe

“Nous avons démarré en courant en mai [and go] tout au long du mois de novembre », déclare Cavanaugh, soulignant le plus grand défi de ses parents dès le début : répondre à la demande tout en élevant deux jeunes enfants. « Nous avons eu beaucoup de baby-sitters », plaisante-t-elle, avant de reprendre tout son sérieux : « Ce n’est pas comme si nous étions des sous-traitants et pouvons rallonger le délai de deux semaines supplémentaires ; si quelqu’un se marie samedi, quoi qu’il arrive, la tente doit être montée. Ce type de pression se traduit par des nuits tardives, de longues semaines de travail et le fait de savoir ce qui est réalisable, tout ce à quoi Cavanaugh, qui a rejoint l’entreprise il y a cinq ans à 23 ans, s’est adaptée au fil du temps. Quant à son plus grand défi à ce jour ? “Cela va de soi : simplement être une jeune femme chef d’entreprise.” Il y avait aussi des relations internes et externes profondes de l’époque de ses parents qui nécessitaient un ajustement (et s’accompagnaient d’une courbe d’apprentissage abrupte) pour toutes les personnes impliquées.

Athlète au lycée, Cavanaugh est d’abord allé à Ithaca College pour étudier la nutrition; lorsqu’elle a été transférée à l’Université du Massachusetts à Amherst, elle a commencé à envisager l’Isenberg School of Management – et par hasard “ma mère m’a en fait demandé si j’avais déjà pensé à [taking over the family business.]”

Il s’avère que Lauren approchait de la retraite et qu’elle et Tom envisageaient de vendre. Ce qui a finalement scellé l’accord pour Lindsay, c’est l’attrait de “pouvoir mettre en œuvre des changements… et voir l’impact boucler la boucle”.

Avec ses pics vertigineux et ses descentes spectaculaires, la Century Tent est un choix à couper le souffle pour tout mariage ou grand gala. Photo gracieuseté de la tente Mahaiwe.

Cela se produit régulièrement lorsqu’elle échange des articles obsolètes (comme des chaises rembourrées blanches qui ont jauni avec le temps) et utilise l’argent pour investir dans de nouveaux articles, ce qui, lorsqu’ils sont loués huit fois en deux mois, est extrêmement satisfaisant. En fin de compte, tout se résume à l’inventaire et à l’espace. “Dès que je choisis d’acheter quelque chose [new]je dois vendre autre chose parce que l’espace est le nom du jeu », explique Cavanaugh, ajoutant que le logement entre 500 et 1 000 de chaque article est son point de départ habituel.

Un autre avantage du poste ? La communauté grandissante autour des petites entreprises et de l’industrie du mariage en particulier. “Nous sommes si nombreux, et la plupart sont des femmes”, déclare Cavanaugh à propos du groupe de soutien soudé.

De plus, la dynamique de la façon dont elle interagit avec les fournisseurs change. “Mon père, je l’aime à mort, mais il n’ira pas à un salon du mariage”, dit-elle. Pendant son mandat, ce n’était pas nécessairement problématique, mais ces jours-ci, c’est une nécessité absolue. “J’essaie de rendre les choses aussi faciles que possible pour les Millennials”, dit-elle à propos de sa “candidature de niche”, comme en témoigne la présence en ligne avisée de Mahaiwe Tent, des publications époustouflantes sur les réseaux sociaux à un site Web complet où leur gamme complète d’inventaire ( avec prix!) est disponible.

Cela dit, le voyage n’a pas été entièrement glamour.

«COVID était difficile», déclare Cavanaugh, citant une chute de 84% des ventes en 2020. Les locations à long terme et les travaux commerciaux pour les écoles privées, dont beaucoup ont déplacé les salles de classe et les salles à manger à l’extérieur, se sont avérés une grâce salvatrice pendant une période qui a effectivement consommé deux saisons entières de mariage.

Cavanaugh a profité de chaque prêt disponible ainsi que du programme de protection de la paie pour s’assurer que ses employés, dont une poignée sont à bord depuis 25 ou 30 ans, étaient pris en charge. “Rien ne se passerait sans eux.”

Suivre les réglementations en vigueur dans un trio d’États où Mahaiwe Tent organise des événements est rapidement devenu un deuxième travail à temps plein. Au plus fort de la saison des mariages de l’année dernière, les règlements sont restés; à l’automne, “c’était fou”. Au contraire, COVID n’a fait qu’amplifier les Berkshires en tant que lieu de mariage de destination.

À l’approche de la saison 2022, Cavanaugh n’est pas le seul à jongler avec un calendrier réservé tout en subissant les conséquences de tristement célèbres problèmes de chaîne d’approvisionnement. Elle apprend à s’adapter à une disponibilité limitée, à un faible stock et à un énorme délai de six mois nécessaire pour la plupart des articles. “Si je n’ai pas encore acheté quelque chose pour un mariage en octobre, je ne l’aurai probablement pas”, dit-elle, qualifiant l’ensemble du processus d’expérience d’apprentissage incroyable.

La tente Navi-Trac avec un toit transparent permet de belles vues. Photo gracieuseté de la tente Mahaiwe.

Mahaiwe Tent a un concurrent majeur, à Pittsfield, d’une autre société de location haut de gamme qui a également débuté en 1986. travailler. Pourtant, Cavanaugh aime un peu la compétition amicale (en clin d’œil à son athlète intérieure) et garde un œil sur les prix et les produits à tout moment.

Alors que l’industrie rebondit après une incertitude prolongée, deux choses restent certaines : le mariage sous tente est définitivement recherché et Cavanaugh a un œil attentif pour évaluer le potentiel d’une propriété. “C’est vraiment amusant de voir la transformation d’un morceau de pelouse, peut-être dans la cour de votre enfance, en un lieu de mariage”, dit-elle, ajoutant que de nombreux clients sont surpris d’apprendre la taille d’une tente – et par extension combien d’invités – leur l’espace peut contenir.

Depuis maintenant quatre décennies, la mission de Mahaiwe Tent est restée inchangée : tenir ses promesses, à savoir créer une expérience fluide et amusante pour les clients. Comment, exactement, cela est-il réalisé? «En instaurant une confiance fondamentale très forte», déclare Cavanaugh, soulignant les célébrations qu’elle et son équipe organisent comme des «journées manifestement massives» dans lesquelles le client investit beaucoup d’argent.

Un paysage de table par Mahaiwe Tent avec des tables de ferme et des chaises charivari. Photo publiée avec l’aimable autorisation de la tente Mahaiwe

Fournir des locations abordables et de haute qualité est réalisé simultanément en offrant un inventaire qui est “constamment rafraîchi et renouvelé… afin que les clients puissent choisir parmi les dernières nouveautés”. Ces clients comprennent des organisations à but non lucratif locales telles que Fairview Hospital, Shakespeare & Company, Railroad Street Youth Project et le Mahaiwe Performing Arts Center, pour qui Mahaiwe Tent organise des galas et des collectes de fonds chaque année.

“Nous aimons vraiment accueillir [community organizations] et aidez-les à obtenir le plus grand impact possible de leur collecte de fonds une fois par an », déclare Cavanaugh, soulignant les parrainages importants et les remises importantes comme des moyens par lesquels l’entreprise travaille avec ses voisins.

À l’heure actuelle, Cavanaugh est dans une frénésie d’embauche, – avec des plans pour doubler son équipage pour la saison à venir, tout en restant détendu, dans des limites raisonnables, et “faisant de Mahaiwe Tent un endroit où les clients et les employés veulent être”.

Au-delà de cela, elle se concentre sur le maintien des relations profondes que ses parents ont établies au fil des années depuis la fondation de Mahaiwe Tent, et sur la préservation de l’intégrité de leur “véritable petite entreprise américaine… construite de bas en haut”.

Chaises mises en place pour une cérémonie en plein air. Photo gracieuseté de la tente Mahaiwe.

Leur surnom se traduit par “l’endroit en aval” de la rivière Housatonic et rend hommage aux Mahicans qui ont initialement colonisé ces terres ; c’est aussi un clin d’œil à l’arrière-grand-père de Cavanaugh, Earl Raifstanger, qui a possédé et dirigé le Mahaiwe Theatre pendant de nombreuses années (où son père, Tom, était un garçon de pop-corn).

Quant à l’histoire des humbles débuts de Mahaiwe Tent ? Cavanaugh évite souvent de le dire aux couples de l’extérieur de la ville de peur que cela ne sonne trop provincial. “Maintenant, je la possède”, dit-elle, fière d’une histoire teintée de touches personnelles qui ne viennent qu’avec le temps.

“Planifier un mariage est déjà assez stressant”, dit Cavanaugh. À présent, elle est devenue une pro pour garder à distance l’énergie de la panique, celle des autres et la sienne. “Nous proposons un guichet unique pour que vous puissiez simplement, vous savez, profiter du trajet.”

Related posts

Talking Business : Le nouveau salon de manucure Longview propose des alternatives aux ongles en acrylique | Entreprise locale

cialiszep

Comment les chefs d’entreprise peuvent tirer parti de la confiance pour susciter des changements positifs

cialiszep

Retour au travail – Virginia Business

cialiszep

Entreprise de la semaine : Le City Grill Bistro

cialiszep

Pourquoi chaque entreprise devrait disposer de renseignements sur les menaces

cialiszep

Plusieurs facteurs convergent pour faire grimper les prix de l’essence | Entreprise

cialiszep