L’Indice FAO des prix des produits alimentaires chute en mai [EN/AR/ZH] – Monde

A wheat farmer in Afghanistan.

Pièces jointes

La mesure de référence montre que les prix internationaux des huiles végétales et des produits laitiers sont en baisse, alors qu’ils sont en hausse pour le blé, le riz et la viande de volaille

Rome – Les prix mondiaux des produits alimentaires ont légèrement baissé en mai pour le deuxième mois consécutif, bien que les prix du blé et de la volaille aient augmenté, a rapporté aujourd’hui l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires était en moyenne de 157,4 points en mai 2022, en baisse de 0,6 pour cent par rapport à avril. L’indice, qui suit les variations mensuelles des prix internationaux d’un panier de produits alimentaires couramment échangés, est toutefois resté supérieur de 22,8 % à celui de mai 2021.

L’Indice FAO des prix des céréales a augmenté de 2,2 pour cent par rapport au mois précédent, tiré par les prix du blé, qui ont augmenté de 5,6 pour cent par rapport à avril et de 56,2 pour cent par rapport à leur valeur correspondante un an plus tôt. Les prix internationaux du blé, qui n’étaient en moyenne que de 11 pour cent inférieurs au niveau record atteint en mars 2008, ont augmenté en réponse à une interdiction d’exportation annoncée par l’Inde et aux inquiétudes concernant l’état des récoltes dans plusieurs grands pays exportateurs ainsi qu’à la réduction des perspectives de production en Ukraine en raison de la guerre. Les prix internationaux du riz ont également augmenté dans tous les domaines, tandis que les prix des céréales secondaires ont baissé de 2,1 pour cent, les prix du maïs chutant encore davantage, parallèlement à une légère amélioration des conditions de récolte aux États-Unis d’Amérique, à des approvisionnements saisonniers en Argentine et au démarrage imminent de la campagne principale du Brésil. récolte de maïs.

L’Indice FAO des prix des huiles végétales a baissé de 3,5 pour cent par rapport à avril, tout en restant nettement supérieur à son niveau de l’année précédente. Les prix ont chuté pour les huiles de palme, de tournesol, de soja et de colza, en partie en raison de la levée de l’interdiction d’exportation de courte durée imposée par l’Indonésie sur l’huile de palme et de la faible demande mondiale d’importation d’huiles de soja et de colza compte tenu des coûts élevés ces derniers mois.

“Les restrictions à l’exportation créent une incertitude sur le marché et peuvent entraîner des flambées de prix et une volatilité accrue des prix. La baisse des prix des oléagineux montre à quel point il est important de les supprimer et de laisser les exportations se dérouler sans heurts”, a déclaré Máximo Torero Cullen, économiste en chef de la FAO.

L’Indice FAO des prix des produits laitiers a également chuté de 3,5 pour cent d’un mois sur l’autre. Les prix des poudres de lait ont le plus baissé, en raison des incertitudes du marché liées aux blocages continus du COVID-19 en Chine, tandis que les ventes au détail robustes et la forte demande des restaurants de l’hémisphère Nord ont empêché les prix du fromage de chuter de manière significative malgré l’affaiblissement de la demande mondiale d’importation. Les prix du beurre ont également chuté en raison d’une demande d’importation plus faible dans un contexte d’amélioration des disponibilités exportables.

L’Indice FAO des prix du sucre a baissé de 1,1 pour cent par rapport à avril, une récolte exceptionnelle en Inde ayant soutenu les perspectives de disponibilité mondiale. L’affaiblissement du réal brésilien par rapport au dollar américain, ainsi que la baisse des prix de l’éthanol, ont également exercé une pression à la baisse sur les prix mondiaux du sucre.

Pendant ce temps, l’Indice FAO des prix de la viande a atteint un nouveau record historique, augmentant de 0,6 pour cent en mai alors même que les prix mondiaux de la viande bovine sont restés stables et que ceux de la viande porcine ont chuté. La hausse a été entraînée par une forte augmentation des prix internationaux de la viande de volaille, reflétant les perturbations continues de la chaîne d’approvisionnement en Ukraine et les cas récents de grippe aviaire dans un contexte d’augmentation de la demande en Europe et au Moyen-Orient.

De plus amples détails sont disponibles ici.

La production et la consommation mondiales de céréales en baisse

Les premières perspectives de la production céréalière mondiale en 2022 indiquent désormais une baisse probable, la première en quatre ans, à 2 784 millions de tonnes, soit 16 millions de tonnes de moins que la production record estimée pour 2021, selon le dernier rapport de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, également publié aujourd’hui.

La plus forte baisse est prévue pour le maïs, suivi du blé et du riz, tandis que les productions d’orge et de sorgho augmenteront probablement. Les prévisions sont basées sur l’état des cultures déjà en terre et les intentions de semis pour celles qui n’ont pas encore été semées.

L’utilisation mondiale de céréales devrait également diminuer légèrement en 2022/23, d’environ 0,1 pour cent par rapport à 2021/22 pour s’établir à 2 788 millions de tonnes, marquant la première contraction en 20 ans. Cette baisse s’explique principalement par les diminutions prévues de l’utilisation fourragère du blé, des céréales secondaires et du riz, tandis que la consommation alimentaire mondiale de céréales devrait augmenter, suivant le rythme des tendances démographiques mondiales.

Le commerce mondial des céréales devrait baisser de 2,6 pour cent par rapport au niveau de 2021/22 à 463 millions de tonnes, un creux en trois ans, même si les perspectives du commerce international du riz restent positives.

Les nouvelles prévisions indiquent une baisse des stocks, entraînant une chute du ratio stocks céréaliers mondiaux/utilisation à 29,6 % en 2022/23, contre 30,5 % en 2021/2022. Ce nouveau niveau serait le plus bas en neuf ans, mais toujours bien au-dessus du creux de 21,4 % enregistré en 2007/08. Une réduction des stocks de maïs devrait entraîner la baisse, tandis que les stocks de blé devraient augmenter.

La FAO a également mis à jour ses estimations de la production céréalière mondiale en 2021, qui devrait maintenant augmenter de 0,9 % par rapport à l’année précédente, et de l’utilisation des céréales en 2021/2022, qui devrait augmenter de 1,1 %.

De plus amples détails sont disponibles ici.

Contact

Nouvelles et médias de la FAO
(+39) 06 570 53625
FAO-Newsroom@fao.org

Christophe Emsden
Actualités et médias de la FAO (Rome)
(+39) 06 570 53291
christopher.emsden@fao.org

Related posts

Les banques alimentaires luttent contre l’inflation alors que la demande augmente: NPR

cialiszep

Neman: un expert du Tennessee montrera comment chercher de la nourriture dans le Missouri | Nourriture et cuisine

cialiszep

Richmond Food News : semaine du 23 au 27 mai

cialiszep

Slow Food ne nous sauvera pas

cialiszep

Girl Scout lance une banque alimentaire dans le cadre du Gold Award | La vie

cialiszep

Le thon rouge suit la nourriture | Lecteur de San Diego

cialiszep