Les ultimatums relationnels : utiles ou blessants ?

Les ultimatums relationnels : utiles ou blessants ?

Si vous avez déjà souhaité plus de votre partenaire et que vous êtes devenu impatient en attendant que la relation progresse, vous avez peut-être envisagé de lui donner un ultimatum. Peut-être avez-vous envie de la sécurité du mariage, exigeant un échange de vœux ou la conclusion de la relation. Parfois, passer de l’amitié à un statut de relation petit ami / petite amie plus formel représente la progression que vous recherchez. Dans ces circonstances, vos amis proches et votre famille peuvent vous encourager à poser un ultimatum ou vous recommander de fixer un délai ferme pour votre volonté d’attendre avant de lancer un ultimatum. Avant d’accepter ce conseil, vous devriez considérer les conséquences.

Dans une nouvelle émission de Netflix, “The Ultimatum : Marry or Move On”, les candidats donnent le choix à leur partenaire : se marier ou passer à autre chose. Beaucoup de ces partenaires en vedette ont exprimé leur embarras et leur déception que leur proche se sente obligé d’offrir un ultimatum pour recevoir le résultat souhaité de leur relation. Les ultimatums ne sont pas recommandés pour des relations saines car ils peuvent être perçus comme un comportement de contrôle et ne sont pas équivalents à l’établissement de limites saines dans lesquelles les deux partenaires participent ensemble à l’établissement de limites. Au lieu de cela, ils fonctionnent comme une approche à prendre ou à laisser, permettant à un partenaire de contrôler les conditions de la relation que l’autre doit accepter ou refuser pleinement. Souvent, cela se traduit par l’abandon par un partenaire de quelque chose de valeur ou d’importance – quel que soit son choix. Dans le cas des demandes « épousez-moi ou perdez-moi », vous demandez à quelqu’un de s’engager pour toujours ou de mettre fin à la relation.

Puisqu’un ultimatum agit comme une demande unilatérale, il implique l’ego et aborde la relation comme «moi» plutôt que «nous». Par conséquent, les ultimatums sont malsains dans les relations à long terme. Exiger certaines actions de votre partenaire, comme mettre fin à une amitié ou accepter de se marier, est révélateur d’une personne contrôlante. Même lorsqu’un partenaire cède à ces demandes pour vous apaiser, les ultimatums ne sont pas un choix et peuvent conduire à un ressentiment qui peut apparaître sous la forme d’une vengeance, d’une tromperie ou d’une trahison par la suite.

Si vous vous sentez pris au piège dans une relation, voulant plus que ce que votre partenaire était prêt à offrir, travailler sur les limites est toujours la méthode préférée pour combler l’écart entre les attentes et les résultats. Comme alternatives à l’émission d’un ultimatum ou d’une demande, j’ai compilé quatre exemples d’approches pour établir des limites saines dans les situations quotidiennes qui surviennent entre les couples. Des limites saines commencent par une affirmation de ce que vous appréciez à travers une déclaration “je” et une volonté de montrer votre vulnérabilité en expliquant pourquoi vous vous sentez comme vous le faites avec votre partenaire.

· Au lieu de “mettez fin au contact avec cette personne ou j’en ai fini avec vous”. Fixez une limite saine en relayant d’abord votre inconfort avec la communication entre votre partenaire et l’autre personne, suivi de votre incertitude quant à votre capacité à poursuivre la relation si leur contact persiste. Pour les aider à changer de perspective, demandez-leur de réfléchir à ce qu’ils pourraient ressentir si la situation était inversée. Demandez leur aide pour trouver des moyens d’augmenter votre sentiment de sécurité et comment ils pourraient limiter leur temps avec cette personne.

· Au lieu de « épouse-moi ou je pars ». Une frontière saine comprendrait une déclaration de votre amour pour eux et décrivant votre insécurité sans engagement. Quelles actions pouvons-nous entreprendre ensemble pour m’aider à me sentir plus en sécurité et illustrer notre engagement dans la relation ?

· Au lieu de “vous devez vous rapprocher, ou j’ai fini”. Une frontière saine serait d’approcher votre partenaire en mettant l’accent sur votre désir de voir votre relation grandir et prospérer. Décrivez les sentiments de rejet et de solitude créés par la distance. En demandant à votre partenaire de travailler ensemble pour concevoir un plan rapproché, la distance géographique rend votre intention claire. Pour les aider à se sentir moins sur la défensive, rassurez-les sur votre engagement envers la relation, en affirmant que vous ne voulez pas d’une autre relation parce que vous les aimez et que vous souhaitez être plus proche.

· Au lieu de “vous devez trouver un emploi, ou je pars.” Établissez une frontière saine en discutant du fardeau que vous ressentez et de votre désir pour vous deux de contribuer financièrement au soutien de votre famille. Discutez de l’ampleur du stress lorsqu’un partenaire porte la charge financière de toute la famille. Lorsque vous contribuez tous les deux au financement des dépenses du ménage, plus de temps peut être alloué aux deux partenaires pour s’occuper des enfants. Négocier les heures de travail et le temps libre ensemble améliore la communication et approfondit l’intimité émotionnelle.

Les ultimatums sont généralement poursuivis lorsque les partenaires se sentent ignorés, craintifs et/ou pleins de ressentiment. Bien qu’ils puissent sembler idéaux, ils sont désordonnés et rarement efficaces. Les relations sont déjà assez compliquées sans ultimatum. Au lieu de cela, travaillez à établir des limites saines dès le début pour favoriser une relation qui non seulement survivra, mais prospérera.

Related posts

Les relations qui comptent pour Celeste Cortesi

cialiszep

Comment certaines personnes sabotent leurs propres relations

cialiszep

La relation “amis avec avantages” n’est ni l’une ni l’autre

cialiszep

Les consommateurs de cannabis peuvent mal percevoir le bon fonctionnement de leurs relations amoureuses

cialiszep

Pourquoi la relation de Kim Kardashian avec Pete Davidson est si poignante

cialiszep

Les relations de la reine avec ses 14 premiers ministres

cialiszep