Le possesseur de l’animal est responsable des dommages qu’il pourrait causer

Le possesseur de l'animal est responsable des dommages qu'il pourrait causer

Cher PAO,

Je suis un résident de la ville de Valenzuela. J’ai été mordu par un chien appartenant à l’origine à un autre résident qui avait déjà quitté notre lotissement. Maintenant, un autre voisin nommé Michael s’occupe du chien. Il nourrit le chien et pourvoit à ses besoins. Au cours de l’incident, le chien a glissé de sa laisse et s’est promené. Il a couru vers moi et m’a attaqué sans être provoqué. Michael a affirmé qu’il n’était pas responsable puisqu’il n’était pas le propriétaire du chien. A-t-il raison ?

Pépito

Cher Pepito,

Pour répondre à votre préoccupation, nous vous renvoyons aux dispositions appropriées de la loi qui y répond. L’article 2183 du nouveau Code civil des Philippines dispose que :

Recevez les dernières nouvelles


livré dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous aux newsletters quotidiennes du Manila Times

En m’inscrivant avec une adresse e-mail, je reconnais avoir lu et accepté les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité.

“Le possesseur d’un animal ou quiconque en fait usage est responsable du dommage qu’il pourrait causer, bien qu’il puisse s’échapper ou se perdre. Cette responsabilité ne cessera que dans le cas où le dommage proviendrait d’un cas de force majeure ou de la faute de la personne qui a subi le dommage. »

Sur la base de ce qui précède, pour engager sa responsabilité, il n’est pas nécessaire que la personne qui se plaint d’en être le propriétaire. Il suffit qu’il soit le possesseur ou qu’il se serve d’un tel animal. Cette interprétation est étayée par l’affaire Vestil c. Cour d’appel intermédiaire et Uy (GR 74431, 6 novembre 1989, Ponente : juge associé Isagani Cruz) où la Cour suprême a statué :

“L’affirmation du requérant selon laquelle on ne pouvait attendre d’eux qu’ils exercent le contrôle à distance du chien n’est pas recevable. En effet, l’article 2183 du code civil engage la responsabilité du possesseur même si l’animal devait “s’enfuir ou se perdre” et ainsi être éloigné de Et peu importe non plus que, comme le prétendent également les requérants, le chien était apprivoisé et a simplement été provoqué par l’enfant à le mordre. La loi ne parle pas seulement des animaux vicieux, mais couvre même les animaux apprivoisés tant qu’ils Quant à la prétendue provocation, les requérants oublient que Theness n’avait que trois ans au moment où elle a été attaquée et qu’on peut difficilement lui reprocher ce qu’elle aurait pu faire à l’animal.

“Selon Manresa, l’obligation imposée par l’article 2183 du Code civil n’est pas fondée sur la négligence ou sur le manque présumé de vigilance du possesseur ou de l’utilisateur de l’animal à l’origine du dommage. Elle est fondée sur l’équité naturelle et sur le principe de l’intérêt social que celui qui possède des animaux pour son utilité, son plaisir ou son service doit répondre du dommage que cet animal peut causer. »

De plus, aux fins de déterminer la responsabilité, la loi de la République 9482, autrement connue sous le nom de “loi antirabique de 2007”, définit un propriétaire comme toute personne gardant, hébergeant ou ayant la charge, les soins ou le contrôle d’un chien, y compris son représentant. (Art. 3(c), RA 9482). En outre, il énumère les responsabilités des propriétaires d’animaux comme suit :

“SEC. 5. Responsabilités du propriétaire de l’animal. – Tous les propriétaires d’animaux doivent : xxx (e) Dans les vingt-quatre (24) heures, signaler immédiatement tout incident de morsure de chien aux responsables concernés pour enquête ou pour toute action appropriée et placer ce chien sous observation par un vétérinaire gouvernemental ou privé ; (f) assister immédiatement la victime de la morsure du chien et prendre en charge les frais médicaux encourus et autres frais accessoires liés aux blessures de la victime. »

Sur la base de ce qui précède, il est clair que Michael, en tant que propriétaire/gardien du chien, est responsable de tout dommage qu’il pourrait causer. La responsabilité de Michael n’est pas fondée sur sa négligence ou son manque de vigilance mais sur le principe d’équité selon lequel celui qui possède l’animal pour son utilité, son plaisir ou son service doit être responsable des dommages qu’il pourrait causer.

Nous espérons avoir pu répondre à vos questions. N’oubliez pas que ces conseils sont basés uniquement sur les faits que vous avez relatés et sur notre appréciation de ceux-ci. Notre opinion peut varier lorsque d’autres faits sont modifiés, altérés ou approfondis.

NDLR : Dear PAO est une chronique quotidienne du ministère public. Les questions pour le chef Acosta peuvent être envoyées à [email protected]

Related posts

Top dog: Frederick County Animal Control a un nouveau directeur | Politique et gouvernement

cialiszep

Animal Wellness Action et le Center for a Humane Economy annoncent de nouvelles embauches dans le Colorado, le Kentucky et la Pennsylvanie

cialiszep

Coolhaus Perfects Vegan Ice Cream Sandwichs avec Perfect Day’s Animal-Free Whey

cialiszep

Hilton Head, un homme de SC se porte volontaire pour sauver des animaux en Ukraine

cialiszep

Humane Society of the Delta poursuit Helena-West Helena pour fermeture

cialiszep

Un service de taxi pour animaux transporte des sauvetages partout en Ontario

cialiszep