Capturer l’art de la recherche | Gazette de la Reine

Capturer l'art de la recherche |  Gazette de la Reine

En mettant l’accent sur les objectifs de développement durable des Nations Unies, le concours photo annuel Queen’s Art of Research révèle sept images gagnantes.

Des photos illustrant l’échelle nanométrique au paysage glacial de l’Arctique, le concours annuel de photos L’art de la recherche nous emmène dans les coulisses de l’expérience quotidienne de la recherche à Queen’s. Avec l’engagement cette année du corps professoral, du personnel, des étudiants et des anciens élèves, le concours vise à représenter la diversité et la créativité de la recherche dans toutes les disciplines et de tous les contributeurs à l’écosystème de la recherche.

Le concours 2022 a introduit cinq nouvelles catégories inspirées des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Guidé par la mission et la vision de la nouvelle stratégie de Queen’s et l’appel universel à l’action des ODD, le concours de cette année a mis en lumière le lien intrinsèque entre la recherche et l’impact social. Découvrez les gagnants de cette année ci-dessous et pour voir plus de gagnants du concours et les meilleures soumissions des six dernières années, explorez la galerie de photos The Art of Research.

Comité d’évaluation de l’art de la recherche 2022

  • Nancy Ross, vice-principale (Recherche)
  • Kanonhsyonne – Janice Hill, vice-principale associée (Initiatives autochtones et réconciliation)
  • Nicholas Mosey, doyen associé (Recherche), Faculté des arts et des sciences
  • Heidi Ploeg, Chaire QFEAS pour les femmes en ingénierie, mécanique et génie des matériaux
  • Ruth Dunley, directrice associée, Stratégie éditoriale, Office of Advancement
  • Jung-Ah Kim, étudiante au doctorat, Screen Cultures and Curatorial Studies
  • Melinda Knox, directrice, Leadership éclairé et initiatives stratégiques, Relations universitaires
  • Véronique St-Antoine, conseillère en communications, CRSNG

[Photo of the SNO+ detector at SNOLAB by Dr. Alex Wright]

Catégorie : Innovation pour un impact mondial

Le détecteur SNO+

Proposé par: Dr Alex Wright pour la collaboration SNO+
Faculté, physique, génie physique et astronomie
Emplacement: SNOLAB, Sudbury, Ontario

L’expérience SNO+ étudie les propriétés fondamentales des neutrinos. Le détecteur se compose d’un volume actif de 780 tonnes de scintillateur liquide logé dans un récipient en acrylique de 12 mètres de diamètre qui est maintenu en place par des cordes et visualisé par un réseau d’environ 10 000 détecteurs de lumière photomultiplicateurs. Sur cette image, prise par une caméra embarquée dans le réseau de photomultiplicateurs, le détecteur est éclairé uniquement par la lumière de la salle blanche au sommet du col de la cuve, produisant un effet de faisceau. L’expérience SNO+ recueille actuellement des données, poursuivant les travaux de l’Observatoire de neutrinos de Sudbury, lauréat du prix Nobel.


[Photo of 3D vascular trees in animal models]

Catégorie : Bonne santé et bien-être

Le plus petit arbre de vie

Proposé par: Dr Elahe Alizadeh
Personnel, Queen’s CardioPulmonary Unit (QCPU), Département de médecine
Emplacement: Unité cardio-pulmonaire de Queen’s

COVID-19, la deuxième pandémie du siècle actuel, est toujours une urgence sanitaire mondiale en cours. Ses complications et sa mortalité sont associées à une pneumonie et à des altérations de la vascularisation pulmonaire. L’acquisition d’images 3D d’arbres vasculaires dans des modèles animaux fournit un outil utile pour évaluer les effets du COVID-19 chez l’homme. Dans notre recherche visant à trouver de nouveaux médicaments pour le COVID-19 sous la supervision du Dr Stephen Archer, les arbres vasculaires d’une souris ont été perfusés sous pression jusqu’à dilatation maximale avec un matériau radio-opaque (baryum). Le cœur et les poumons ont été fixés et scannés à l’aide d’un scanner VECTor4CT. VECTor4CT est le premier système d’imagerie tri-modalité équipé d’un scanner de micro-tomographie (µCT) à ultra haute résolution à l’Université Queen’s.


[Photo of George Konana collecting ice by Saskia de Wildt]

Catégorie : Communautés créatives et durables

George Konana récupère de la glace

Proposé par: Saskia de Wildt
Doctorant, École d’études environnementales
Emplacement: Gjoa Haven, Nunavut

Les Inuit entretiennent une relation continue avec la terre par le camping, la chasse et la pêche. Dans le cadre du projet BearWatch, j’explore comment ces connaissances, accumulées sur de nombreuses générations, et les valeurs inuites peuvent être engagées de manière éthique dans un programme communautaire de surveillance des ours polaires. Cette photo est prise lors de l’un de nos voyages sur les terres autour de Gjoa Haven au printemps 2022. Elle montre George Konana en train de collecter de la glace du lac pour le thé. Il trace la glace avec la bonne qualité pour donner à son thé une belle couleur “rougeâtre, brune”. A ce moment précis, il craque un énorme morceau, suffisant pour un mois de thé.


[Photo of a gastropod mummy laying eggs by Ruqaiya Yousif]

Catégorie : Action pour le climat

Momie gastéropode

Proposé par: Roqaiya Yousif
Doctorant, Sciences géologiques et Génie géologique
Emplacement: Quatar

Ceci est une photo d’une momie gastéropode déposant ses œufs. Mes recherches évaluent les isotopes stables (C et O), les isotopes agglomérés (∆47) et les compositions en éléments traces des coquilles vivantes et quaternaires du golfe Persique/arabe. L’objectif est de relier ces analyses aux données océanographiques modernes afin de développer un proxy robuste pour comprendre les changements océanographiques dans les enregistrements rocheux. En d’autres termes, j’essaie de relier la chimie de la coquille à son environnement environnant, puis d’utiliser ce lien pour évaluer les changements océanographiques au cours des 125 000 dernières années. Au moment de cette photo, nous élevions des gastéropodes dans des conditions de laboratoire et procédions à la fécondation in vitro des huîtres.


[Photo of a researcher collecting environmental DNA in a maternal polar bear den by Scott Arlidge]

Catégorie : Partenariats pour l’inclusion (à égalité)

Tanière d’ours polaire

Proposé par:Scott Arlidge
Étudiant diplômé, École d’études environnementales
Emplacement: Coral Harbour, Nunavut

Cette photo montre la collecte de neige à l’intérieur d’une tanière maternelle d’ours polaire pour recueillir l’ADN environnemental. Lorsque la mère creuse la tanière, les cellules de la peau de ses pattes sont abrasées et collées à la neige. Certaines recherches préliminaires montrent que nous pourrions être en mesure d’identifier des ours individuellement en analysant ces échantillons de neige, des informations qui peuvent éclairer la gestion de la population d’ours polaires. Ma recherche est un projet pilote de techniques terrestres non invasives de surveillance des ours polaires, axées sur l’inclusion des Inuits. Les aînés inuits et les chasseurs d’ours polaires sont les principaux détenteurs de connaissances et collaborateurs tout au long de cette recherche.


[Photo of a mural of the Oasis logo by Riley Malvern]

Catégorie : Partenariats pour l’inclusion (à égalité)

Vieillir avec Oasis

Proposé par: Riley Malvern
Institut de recherche sur le personnel, les services et les politiques de santé
Emplacement Kingston, Ontario

Oasis est un programme co-développé par des personnes âgées pour renforcer et soutenir leurs communautés afin de soutenir le vieillissement chez soi. L’équipe de recherche Oasis Evaluation and Expansion travaille avec les communautés Oasis depuis 2018 pour étendre le programme à travers le Canada et évaluer un certain nombre de résultats en matière de santé et de bien-être. Cette photo représente une murale qui représente le pouvoir des communautés qui se rassemblent. Chaque carré de cette murale a été conçu par un membre Oasis des communautés de Kingston et Belleville. Ensemble, ces carrés forment le logo Oasis, qui a été conçu par des membres de la communauté Oasis d’origine.


[Photo of a crystallized decanoic acid by Dan Reddy]

Catégorie : Choix du public

Acide cristallin

Proposé par:Dan Reddy
Doctorant, Chimie
Emplacement: Pavillon Chernoff, Université Queen’s

Cette photo prise au microscope électronique à balayage représente un volume extrêmement petit mais précis (c’est-à-dire de la taille d’un nanolitre) d’acide décanoïque cristallisé. Nous utilisons ces taches d’acide cristallin pour extraire et préconcentrer, ou absorber, des produits chimiques préoccupants comme les opioïdes d’échantillons d’eaux usées. Cette étape de préconcentration améliore notre capacité à surveiller ces produits chimiques. Ce faisant, nous pouvons améliorer la façon dont nous détectons ces composés nocifs et protégeons les bassins versants locaux.


Pour en savoir plus sur les gagnants de cette année et découvrir les gagnants précédents et les meilleures soumissions, visitez la galerie de photos The Art of Research sur le site Web de Research@Queen.

Related posts

L’installation artistique “Mi Casa, Your Casa 2.0” invite Iowa City dans les maisons

cialiszep

A l’APT, la grande peinture fait grand bruit

cialiszep

Coup de projecteur sur la East End Gallery : Ric Michel Fine Art

cialiszep

L’art de manger seul quand on est socialement anxieux

cialiszep

L’art dans le Haut Pays | Temps de montagne

cialiszep

L’escroquerie de 86 millions de dollars qui a conduit le marchand d’art Inigo Philbrick en prison

cialiszep