Adaptant Denis Johnson, Claire Denis lance “Stars at Noon” | Nouvelles du divertissement

Adaptant Denis Johnson, Claire Denis lance "Stars at Noon" |  Nouvelles du divertissement

Par JAKE COYLE, scénariste AP

CANNES, France (AP) – À quelques jours de la fin de son dernier film et quelques heures après son arrivée à Cannes, Claire Denis s’est assise dans un restaurant d’hôtel au bord de la piscine et s’est chaleureusement déclarée “un gâchis”.

La dernière de Denis, l’adaptation de Denis Johnson “Stars at Noon”, s’infiltre en elle depuis plus d’une décennie. Elle a été obligée de le faire après la mort de l’auteur en 2017. Mais il y a eu des obstacles en cours de route.

La pandémie, pour commencer. (Des masques apparaissent dans le film.) Robert Pattison, star du film de science-fiction “High Life” de Denis en 2019, a dû abandonner en raison de conflits d’horaire. Après le départ d’un autre acteur à la dernière minute, Denis a choisi la co-star Joe Alwyn de Panama by Zoom quelques jours avant le début du tournage, une semaine avant Cannes, un problème de mixage du film a obligé à le refaire frénétiquement avant la première du film mercredi.

Mais Denis, la légende du cinéma français de 76 ans de “Beau Travail”, “White Material” et “35 Shots of Rum”, tenait à faire “Stars at Noon”. Il met en vedette Margaret Qualley dans le rôle d’une journaliste américaine habitant un motel nommée Trish dans un Nicaragua actuel envahi par les rebelles et les pétroliers. (Le livre se déroule dans les années 80). Lorsque Trish propose un homme d’affaires britannique (Alwyn) dans un bar d’hôtel, elle trouve à la fois des ennuis et l’amour.

Caricatures politiques

Le film a reçu un accueil mitigé de la part des critiques à Cannes, mais c’est un film typiquement Denis, languissant et séduisant, animé par une performance libre et charismatique de Qualley. Denis, qui a grandi dans l’Afrique de l’Ouest coloniale et a brièvement envisagé de réinitialiser “Stars at Noon” là-bas, crée un thriller teinté de politique et une histoire d’amour oblique sur la nature périlleuse et transactionnelle de l’intimité.

“Je pense que pour Denis, l’amour est le principal problème de sa vie”, dit Denis en sirotant un expresso. “Beaucoup plus que l’argent.”

Lorsqu’on lui demande si c’est pareil pour elle, Denis sourit.

« Évidemment, oui. Ce n’est probablement pas un bon choix », répond Denis. « Si vous êtes fait pour tomber amoureux, que pouvez-vous faire d’autre ? »

AP : C’est la première fois que vous participez à la compétition cannoise depuis votre premier long métrage « Chocolat » en 1988, ce qui semble incroyable. Comment te sens-tu à propos de ça?

DENIS : Ce n’est pas un problème pour moi. Je ne savais pas que c’était si important. Être en compétition, ce n’est pas amusant. Je suis content d’avoir été plus à côté. Parfois, je lis des choses comme “C’est une renégat”. Je ne suis pas un renégat. Je suis une personne normale. Les sélectionneurs n’aiment probablement pas mes films et c’est leur droit. C’est tellement difficile de pouvoir faire un film. Certaines personnes aiment ou pas. C’est l’histoire du cinéma, non ? Je suis une figure étrange pour les gens à distance, probablement.

AP : Pensez-vous qu’il y a une fausse perception de vous ?

DENIS : J’essaie d’être honnête avec mon travail, bien sûr. Je n’essaie jamais de faire un film arty. J’essaie toujours de faire de mon mieux avec mes sentiments. Comme ce film, c’est tellement émouvant de faire un film. Le mieux pour moi, c’est d’être d’humeur amoureuse, avec les acteurs, avec l’écriture du scénario.

AP : Comment avez-vous rencontré Denis Johnson ?

DENIS: J’ai entendu parler de Denis Johnson assez tard. J’ai lu « Le fils de Jésus ». Au bout d’un moment, j’ai trouvé “Stars at Noon”. C’était comme si j’avais tout compris complètement. Alors j’ai écrit à Denis Johnson, je l’ai rencontré. J’étais si terriblement triste quand il est mort. J’ai dit: “Mec, je dois essayer.” J’avais eu un peu peur. Puis il est mort et j’ai pensé : je dois le faire. Essayez, au moins.

AP : Pourquoi avez-vous tant réagi au livre ?

DENIS : Ces deux personnages ne sont absolument pas faits pour se rencontrer. Ils ne devraient pas, et pourtant ils le font. Petit à petit ils tombent amoureux mais chacun avec un but différent. Il lui ment. Elle ne lui ment pas mais il ne sait pas ce qu’elle a traversé. Elle le trompe d’une manière que je comprends, d’une manière que je pourrais faire. J’ai pensé : c’est comme une tragédie dans le monde moderne, pas en Grèce. Leurs destins sont tellement imposés. Je pensais que Denis était peut-être les deux personnages. Il était elle quand il essayait d’être journaliste, et il était peut-être un peu l’Anglais avec son secret.

AP : Avez-vous toujours voulu le mettre dans le présent ?

DENIS : Ouais, quand j’étais au Nicaragua et j’ai vu ce qui se passait, comme c’est aujourd’hui. Pour prétendre que nous sommes en 1984 avec des chars américains, j’ai pensé qu’il était trop tard. Ça aurait été trop triste de faire un film hors du Nicaragua, car aucune assurance ne voulait qu’on tourne au Nicaragua, parlant d’une glorieuse révolution. Je pensais que c’était injuste envers les sandinistes.

AP : J’imagine que vous n’êtes pas non plus particulièrement intéressé par l’habillage des décors et que vous préféreriez vous concentrer sur une collaboration étroite avec les acteurs.

DENIS : Ouais. A la lecture du roman, la relation des deux personnages est bien plus importante que la révolution. La révolution est comme un bruit de fond.

AP : Qualley est une révélation dans le film. Comment l’avez-vous vue dans le rôle ?

DENIS : J’étais à Cannes en train de regarder le film de (Quentin) Tarantino (“Il était une fois à Hollywood”). J’avais déjà le projet. Je suis sorti du Palais et j’ai pensé : c’est elle, rien qu’elle. Elle a attendu près de trois ans parce que la pandémie est arrivée et que Robert était censé y être, mais il était Batman et a fait “Tenet”. Elle a cru au projet et m’a fait confiance. Je n’aurais jamais pensé être déçu par elle. Elle est si lumineuse. Elle n’est pas intéressée à être une belle jeune femme seulement. Elle a un esprit, une flamme.

Suivez AP Film Writer Jake Coyle sur Twitter à: http://twitter.com/jakecoyleAP

Pour plus de couverture du Festival de Cannes, visitez : https://apnews.com/hub/cannes-film-festival.

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Related posts

Plus qu’un joli sou | Nouvelles du divertissement

cialiszep

Gestionnaire, Box Office Bojangles Entertainment Complex

cialiszep

Festival TAG pour remplir Tacoma d’artistes, de verre et de divertissement

cialiszep

Cloud Village Inc. ajoute un vaste portefeuille K-Pop avec un accord SM Entertainment

cialiszep

Nouveau cette semaine : Dinosaures, Def Leppard et ‘The Responder’ | Divertissement

cialiszep

‘Armageddon Time’, Portrait of White Privilege, remue Cannes | Nouvelles du divertissement

cialiszep